PROTECTION DES GOLFS - LES CITOYENS SE MOBILISENT POUR APPUYER LE MAIRE LAPLANTE
 

À l’invitation du maire Alain Laplante, c’est plus de 300 personnes qui étaient présentes à l’hôtel de ville de Saint-Jean-sur-Richelieu pour faire part de leur point de vue sur la résolution sur les golfs à laquelle le maire avait apposé son veto, du jamais vu. Il a même fallu prévoir un écran pour diffuser la séance dans le hall d’entrée tellement ils étaient nombreux. Malgré cela, le conseil municipal a réadopté la résolution sur division (7-6) et sans l’aval du maire.

Plus surprenant encore, les proposeurs de la résolution, les membres de l’Équipe Fecteau, ont admis que celle-ci devrait être corrigée lors d’un prochain conseil municipal puisqu’elle est à toutes fins pratiques inapplicable. C’est grâce à l’appui de l’indépendant Jean Fontaine que la résolution a été adoptée.

Pour le maire Alain Laplante «Il est inquiétant de voir des élus utiliser le conseil municipal de cette façon et de tenter de contourner nos règles démocratiques». La résolution en question impose un calendrier strict et exige que des outils urbanistiques (dézonage, plan particulier d’urbanisme) soient soumis au conseil cet automne.

«Le projet de consultation tel qu’annoncé est bidon» explique le maire Laplante.

Tentatives de compromis

Pour les membres de l’Équipe Alain Laplante, des membres du conseil ont agi de mauvaise foi. «À plusieurs reprises, nous avons proposé des compromis et des façons d’arriver à une résolution unanime. Malheureusement, nous n’avons obtenu aucune collaboration» explique le maire suppléant, Justin Bessette.

«C’est triste que l’on agisse ainsi alors que nous sommes à rédiger une politique de consultation publique. Nous avons d’ailleurs soumis un texte de travail au comité de relations citoyenne, transparence et ville intelligente. Pourquoi n’attendons-nous pas la fin de ce travail? Où est l’urgence?» demande le conseiller du district 10, Ian Langlois.

Pour Maryline Charbonneau, conseillère du district 12 et présidente du Comité sur l’environnement et le développement durable la question fondamentale pour la Ville est que : «Nous manquons d’espaces verts à Saint-Jean-sur-Richelieu. C’est un fait. Peut-on agir avec prudence sur ce dossier? Il faut que la population soit consciente des enjeux et des conséquences sur l’avenir avant de faire quoi que ce soit.»

Une nouvelle résolution a été promise par des élus de l’Équipe Fecteau pour remplacer celle qui vient d’être adoptée lors de la prochaine séance. «C’est difficile de prendre cette démarche au sérieux. Soit on adopte une bonne résolution, soit on ne l’adopte pas. Nous collaborerons de bonne foi sur une nouvelle résolution, mais nous ne marchanderons jamais sur le droit des citoyens d’être informés et de pouvoir se faire entendre» conclu le maire Laplante.